Michel Camdessus, ancien DG du FMI : « Une prospérité économique ne peut pas se construire sans un Etat vertueux »

Mercredi 30 Mai 2018 / Michel Candessus, ex DG du FMI

L’ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Michel Camdessus, a prononcé ce mardi 29 mai 2018, à la Maison de l’entreprise au Plateau, une conférence sur le thème « champions nationaux et émergence ivoirienne. » L’initiative a donné un cadre d’échange sur l’accompagnement dont a besoin les entreprises ivoiriennes, des mesures spécifiques pour leur permettre de se développer et devenir de véritables champions capables de vendre le label Côte d’Ivoire à l’extérieur. A l’issue des échanges à huis clos, le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Jean Marie Ackah, a confié que Michel Camdessus a déclaré que « une prospérité économique ne peut pas se construire sans un Etat vertueux », un Etat qui fait de la bonne gouvernance la pierre angulaire de son action. Aussi a-t-il noté que pour se développer et jouer pleinement le rôle de locomotive de l’économie nationale, l’entreprise ivoirienne a besoin d’une attention particulière et celle-ci ne pouvait être bâtie que dans le cadre d’un réseau ou d’un partenariat avec l’Etat. L’expérience de la Côte d’Ivoire a donc été citée en exemple avec le comité de concertation Etat secteur privé qui a institué un dialogue permanent entre les deux entités afin d’améliorer sans cesse l’environnement des affaires.

 

L’émergence avant 2020 pour la Côte d’Ivoire

Devant le vice-président Daniel Kablan Duncan, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, et des ministres Adama Koné, Moussa Sanogo et Koné Bruno, Michel Camdessus a indiqué dans son propos liminaire que la Côte d’Ivoire est en train de gagner le défi de l’émergence. « Vous allez accéder à l’émergence dans le délai que vous vous êtes fixé. Vous réussirez le passage à l’émergence en 2020 et peut être même avant. Probablement avec un tout petit peu d’avance », a déclaré le président honoraire de la Banque de France. Il s’est dit impressionné par la performance de l’économie ivoirienne ces dernières années (9% de croissance de 2012 à 2016 et 7,8% en 2017) et le changement en cours, impulsé par la réalisation de grands chantiers de développement et des investissements privés colossaux. Toutefois, il prévient que le plus important, c’est qui attend le pays après avoir franchi le cap de l’émergence. « Accéder à l’émergence, ce n’est pas seulement franchir la ligne d’arrivée, c’est surtout franchir une ligne de départ. Il faut regarder les choses de près. Le chemin qui vous attend est ardu ; celui qui vous attend est encore plus difficile », a déclaré Michel Camdessus, qui a relevé cinq éléments d’hypertendance auxquels la Côte d’Ivoire et tous les pays émergents seront confrontés. Il a cité la démographie, soulignant que la population de la Côte d’Ivoire d’ici 2050, passant de 25 à 50 millions d’habitants. L’Afrique sera peuplé en 2050 de 4,5 milliards d’habitants et l’Europe 650 millions d’habitants. « c’est la manière dont l’Afrique et l’Europe vivront cette confrontation et cohabitation qui va vous permettre d’être un pays émergent et prospère », soutient Camdessus qui avance que le second élément, c’est l’hyperpessimisme contre lequel il faudra lutter.

 

« L’immobilisme, c’est la mort »

Le troisième élément, c’est que la percée des économies émergentes – au nombre desquelles la Côte d’Ivoire – va inverser les rapports entre les Etats du monde. Quatrième point, le progrès technologique fulgurant, avec le développement du numérique, la robotisation qui permettra par exemple des programmes de santé et d’éducation pour tous. Le dernier point porte sur les nouveaux visages de la violence non établie, notamment le terrorisme qui prend des formes inquiétantes ces dernières années. « L’immobilisme, c’est la mort. Au prix d’un effort universel, si tous les Etats travaillent ensemble, nous pouvons réfléchir à ces hypertendances », a déclaré l’ancien directeur général du FMI. Il a salué le rôle du secteur privé qui a su mué le système ivoirien qui était épuisé en 2010 en un autre qui donne des résultats probants.

 

Emmanuel Akani


Voir plus de photos
Source: Minutes Eco

Publicité

SONDAGE

Le décret portant interdiction d’importer des véhicules de 5, 7 et 10 ans d’âge sur le territoire national est entré en vigueur depuis le 1er juillet 2018. Votre avis?







Nombre de votes:85 Resultat Archive


PORTRAIT


Alain Kouadio

PDG du Groupe Kaydan

Alain Kouadio a toujours fait de l’entrepreneuriat en Côte d’Ivoire son cheval de bataille. Il a occupé les fonctions d’Administrateur et Vice-président (de 2013 à 2017) de la Confédération des Grandes Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) en charge de la stratégie de l’Entrepren... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 08-7510-51
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés