Macro-économie, secteur de l’énergie, système financier… - Le FMI évalue la performance de l’économie ivoirienne à fin juin 2018

Jeudi 20 Septembre 2018

La quatrième mission d’évaluation du  Programme Economique et Financier, soutenu par la Facilité élargie de crédit (FEC) couplée avec le Mécanisme élargi de crédit (MEDC), pour la période 2016-2019 a débuté ses travaux ce mercredi 20 septembre 2018, au 20ème étage de l’immeuble Sciam, à Abidjan Plateau. A l’ouverture de ces travaux, le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, qui avait à ses cotés le secrétaire d’Etat chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo, a indiqué que « cette mission consiste à passer en revue les différents critères de performance et repères indicatifs définis conjointement avec le FMI, au regard des évolutions de l’économie à fin juin 2018. » Pour sa part, le chef de la mission FMI, Céline Allard, nouvellement en poste, a déclaré que son équipe est à l’écoute de l’administration financière ivoirienne. Elle est disposée à travailler de concert avec l’Etat ivoirien, à la réussite de ses objectifs de croissance soutenue, durable et inclusive.

Les trois principaux axes de la mission

Elle a indiqué que cette 4ème revue  du programme qui rendra ses résultats le 3 octobre prochain a pour objectif d’aider à préserver la stabilité macro-économique de la Côte d’Ivoire, en arrivant à maintenir une croissance forte. La stratégie de la mission se décline autour de trois principaux axes. Le premier, c’est le cadrage macroéconomique, avec la nécessité d’arrêter des taux de croissance consensuels pour les années 2018 et 2019. Dans ce cadre, des échanges porteront, précise Céline Allard, sur la convergence vers la norme budgétaire de 3% du PIB pour le déficit budgétaire pour l’année prochaine.

Le deuxième axe, c’est le cadrage budgétaire de l’année 2018 et à moyen terme, avec la poursuite de la mobilisation des recettes domestiques, qui est un objectif qui tient à cœur aux autorités ivoiriennes. Troisième et dernier axe, précise le chef de la mission FMI, c’est de continuer à préserver et à soutenir le développement parallèle du secteur privé ; et « tirer toutes les opportunités du dynamisme de ce secteur privé que l’on connait en Côte d’Ivoire, pour avoir un très grand potentiel et une très grande marge de développement. » Le ministre Adama Koné précisera qu’il sera évalué par la mission FMI et les services de l’administration financière l’équilibre financier dans le secteur énergie  et la stabilité du système financier.

Maintenir la performance de l’économie ivoirienne

Il a indiqué que sur chacun de ces points, des éléments de réponse ont déjà été transmis à l’équipe du FMI et pourront être complétés et affinés lors des séances techniques avec les différents services concernés. « Au premier semestre 2018, l’activité économique est restée bien orientée, grâce au dynamisme de la consommation et à l’amélioration de la trésorerie des entreprises consécutive à un meilleur paiement des exigibles par l’Etat », rassure le ministre de l’Economie et des Finances. Il attend néanmoins de la mission qu’elle s’accorde avec les services de l’Etat sur les mesures à mettre en œuvre pour maintenir la performance de l’économie ivoirienne.

Avant, Adama Koné a rappelé quelques résultats de l’année 2017 qui a été marquée par la chute des cours des matières premières, notamment le cacao de 35% et la prise en charge de l’impact financier des revendications sociales. Le taux de croissance s’est établi à 7,8% ; l’inflation a été maitrisée à moins de 2 % en dessous de la norme communautaire de 3%. Un déficit budgétaire de 4,2% a été enregistré contre un objectif de 4,5% ;  un ratio d’endettement de 42,7% du PIB obtenu, bien en deçà de la norme communautaire (70%) ; et un taux d’investissement public de 6,5% réalisé, contre 2,6% en 2011. Il a en outre révélé que les concours du FMI à la Côte d’Ivoire dans la mise en œuvre du PND se sont traduits par des appuis budgétaires estimés à environ 280 milliards de francs CFA à ce jour.

Emmanuel Akani 


Voir plus de photos
Source: Minutes Eco

Publicité

SONDAGE

Le décret portant interdiction d’importer des véhicules de 5, 7 et 10 ans d’âge sur le territoire national est entré en vigueur depuis le 1er juillet 2018. Votre avis?







Nombre de votes:159 Resultat Archive


PORTRAIT


Alain Kouadio

PDG du Groupe Kaydan

Alain Kouadio a toujours fait de l’entrepreneuriat en Côte d’Ivoire son cheval de bataille. Il a occupé les fonctions d’Administrateur et Vice-président (de 2013 à 2017) de la Confédération des Grandes Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) en charge de la stratégie de l’Entrepren... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 08-7510-51
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés