Mobilisation de l’épargne - Moussa Sanogo appelle les banques à créer des produits adaptés, moins fiscalisés, mieux rémunérés

Jeudi 01 Novembre 2018

Le secrétaire d’Etat chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo, a pris part ce mercredi 31 octobre 2018, à l’hôtel Ivoire, à la première édition du Salon de l’épargne, de l’investissement et du patrimoine (SIEP 2018). Intervenant dans le cadre du panel sur « l’importance de l’épargne sur l’émergence économique », il a indiqué qu’il y a des raisons de penser que « le taux d’épargne va continuer à s’accroitre dans les Etats de la sous région ouest africaine, au regard de la progression sur les cinq dernières années. 

Optimiste, le secrétaire d’Etat a déclaré que l’ensemble des mesures envisagées par le panel pour optimiser la mobilisation de l’épargne est à la portée des Etats et des institutions financières.  Il relève que la problématique de l’épargne ne met pas seulement en évidence des problèmes de fiscalité ; c’est tout un écosystème. Ainsi, en dehors des questions fiscales, il y a aussi des questions d’ordre réglementaire et d’autres liées à la conception de produits adaptés au contexte local.

Sur toutes ces questions, « des idées extrêmement intéressantes » ont été énoncées par le panel constitué également l’ancien Premier ministre béninois, Lionel Zinsou, le DG du Trésor, Assahoré Konan Jacques, le président de l’ASACI, Saliou Bakayoko, et la vice-présidente de l’APBEFCI, Lala Ezzedine Moulaye.

Mais ce qu’il y a à faire dans l’immédiat, interpelle Moussa Sanogo, c’est de faire en sorte d’avoir, au niveau des banques, compagnies d’assurances et autres établissements financiers, des produits adaptés. Des produits moins fiscalisés comme indiqués mais aussi des produits mieux rémunérés, pour faire en sorte que les gens soient vraiment intéressés à déposer leurs épargnes dans les différentes institutions financières. « « Le secteur financier doit créer davantage de produits qui puissent attirer les épargnants éventuels », a insisté le membre du gouvernement.

 

Plus de 2000 milliards Fcfa à la disposition des banques

Au cours des échanges, Moussa Sanogo a fait remarquer qu’il y a deux grands axes en matière d’épargne : la création de l’épargne et sa mobilisation. Concernant la création de l’épargne, la Côte d’Ivoire et les autres pays de l’Uemoa sont en train de mettre en place des chaines de valeur dans le monde agricole, pour la transformation de leurs produits. La Côte d’Ivoire transforme déjà le tiers de sa production de cacao, la noix de cajou suit et le riz également est sur une bonne lancée. Avec ce processus amorcé, soutient-il, c’est un grand nombre de personnes dans une situation plus ou moins vulnérable qui vont avoir des revenus réguliers, pouvoir épargner et qui vont rentrer dans un circuit formel. Idem quand le secondaire croit en termes de poids dans le Produit intérieur brut (PIB), gagnant 56 points ces dernières années. 

 Au niveau de la mobilisation de l’épargne, Moussa Sanogo pense qu’il y a d’une part l’Etat; et d’autre part les institutions financières elles-mêmes qui doivent faire preuve de créativité.  Sur le plan institutionnel, évoquant le cadre réglementaire jugé inadapté, il s’est dit heureux d’apprendre que le ratio prudentiel, ramené de 75 à 50% des actifs, permet aux banques de disposer davantage de ressources longues pour financer les investissements longs. « C’est plus de 2000 milliards Fcfa qui devraient être à la disposition des banques pour ce faire et il leur appartient de saisir cette opportunité », s’est satisfait le secrétaire d’Etat.

Concernant le secteur des assurances, Moussa Sanogo a révélé que des mesures sont en train d’être prises qui doivent être accompagnées par des filets de sécurité, en vue de garantir la fiabilité du système tout en permettant aux compagnies d’utiliser une grande partie de l’épargne collectée pour financer les investissements.

Emmanuel Akani


Source: Minutes Eco

Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:286 Resultat Archive


PORTRAIT


Nina Keita

Directeur général adjoint de la GESTOCI ( Société de Gestion des Stocks pétroliers de Côte d’Ivoire) depuis le 19 juin 2019

Originaire de Côte d’Ivoire et titulaire d’un MBA de la Columbia Business School obtenu en 2018 et d’un master de l’Ecole supérieure des sciences commerciales d’Angers. Nina a débuté sa carrière dans l’industrie de la mode, devenant l’égérie de marques prestigieuses telles ... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés