Plaidoyer du SIEP 2018 - Les banques, assurances et acteurs du marché financier réclament un régime d’épargne défiscalisé global

Vendredi 02 Novembre 2018

A la fin du panel sur l’importance de l’épargne dans l’émergence économique », le secrétaire d’Etat Moussa Sanogo a reçu le livre blanc du Salon de l’épargne, de l’investissement et du patrimoine (SIEP 2018) des mains du directeur groupe marché des capitaux et gestion d’actifs à Ecobank, Paul Harry Aithnard. Il s’agit d’un plaidoyer auprès des Etats pour le développement de l’épargne en Côte d’Ivoire et en Afrique. S’il n’est pas rentré dans les détails, le banquier a rendu publiques, séance tenante, « trois mesures phares » sur lesquelles les différents acteurs de l’écosystème de l’épargne s’attendent à ce que l’Etat en particulier, et d’autres acteurs, prennent la main.

La première mesure, révèle le directeur régional d’Ecobank, porte sur « la mise en place d’un régime d’épargne défiscalisé et global », qui ferait que les épargnants pourraient souscrire à des périodes de l’année à des produits d’épargne. « Les contributions à ces produits d’épargne ne feront pas partie de l’assiette fiscale, précise Paul Harry Aithnard. C’est une manière globale et synthétique de répondre à la problématique de l’élargissement de l’assiette fiscale qui préoccupe l’Etat. » L’Etat a besoin de plus d’impôt mais l’assiette est un peu réduite. En instituant un régime d’épargne défiscalisé global sur une partie de l’année, comme l’ont fait d’autres pays, à l’instar du Canada, l’administration fiscale ivoirienne peut trouver réponse, rassure-t-il, à cette problématique.

 

Arriver à terme à des fonds de pension

La deuxième mesure phare, à l’endroit du secteur privé, touche à la promotion des plans d’épargne retraite. La finalité, c’est d’arriver à un schéma où de plus en plus d’entreprises mettent en place des plans d’épargne retraite travaillant avec des sociétés d’assurance. « Il faut inciter de plus en plus les classes moyennes à mettre de côté, dans des épargnes de capitalisation, une partie de leurs revenus », interpelle le banquier, qui note que le livre blanc propose tout un ensemble de mesures permettant d’arriver à terme à des fonds de pension qui sont un instrument essentiel dans le développement de l’épargne.

Enfin, troisième mesure phare, destinée aux instituts de prévoyance sociale (IPS), c’est de voir comment ces structures peuvent devenir de vrais acteurs du financement. C’est le cas dans de nombreux pays, notamment en Afrique du Sud, où le fonds de prévoyance pour les fonctionnaires et agents de l’Etat est devenu un vrai acteur social.

 

Trois de réflexions impliquant les différents acteurs concernés

Pendant trois mois, selon les explications Paul Harry Aithnard, plus d’une quinzaine de contributeurs ont été réunis pour plancher sur la problématique de l’épargne en Afrique subsaharienne. Ils étaient assez représentatifs des différents acteurs qui interviennent sur le sujet de l’épargne. Des banques, des instituts de prévoyance sociale (IPS) à l’instar de la CNPS, des acteurs du marchés à l’image des Sociétés de gestion et d’intermédiation (SGI) et des Société de gestion d’actifs (SGA), des acteurs du capital investissement, des agences de notation, etc.

Tous ces contributeurs ont participé à cette réflexion, organisés en trois groupes de travail, sur trois axes majeurs : partir de l’existant pour créer un écosystème favorable à l’épargne ; comment diriger de façon plus efficace l’épargne vers le secteur privé ; et comment améliorer les produits et supports d’investissement.  

Ils ont produit un travail assez exhaustif, avec une offre complète où on retrouve des recommandations aussi bien pour les compagnies d’assurances, les banques, les acteurs du marché, les organes de régulation que les IPS.

Emmanuel Akani


Source: Minutes Eco

Publicité

SONDAGE

Le décret portant interdiction d’importer des véhicules de 5, 7 et 10 ans d’âge sur le territoire national est entré en vigueur depuis le 1er juillet 2018. Votre avis?







Nombre de votes:139 Resultat Archive


PORTRAIT


Alain Kouadio

PDG du Groupe Kaydan

Alain Kouadio a toujours fait de l’entrepreneuriat en Côte d’Ivoire son cheval de bataille. Il a occupé les fonctions d’Administrateur et Vice-président (de 2013 à 2017) de la Confédération des Grandes Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) en charge de la stratégie de l’Entrepren... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 08-7510-51
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés