Côte d'Ivoire: les tarifs des transferts d’argent par téléphone mobile augmentent de 7,2%

Lundi 04 Février 2019 / Sié Abou, DG des impôts

L’Union nationale des télécommunications (UNETEL), organisation en charge du développement des Télécoms/TIC en Côte d’Ivoire et de défense des intérêts des opérateurs de télécommunication, annonce une augmentation des tarifs des transactions « Mobile money » de 7,2 %, à compter du 1er février 2019. Cette mesure liée à la volonté de l’Etat de taxer les transactions par mobile va nécessairement accentuer le coût de la vie, les consommateurs devant désormais payer plus pour bénéficier des services des sociétés de transfert d’argent par mobile money.

Un communiqué de l’union, publié par voie de presse, indique que cette mesure a été prise en application  de nouvelles taxes aux entreprises  de transfert d’argent par téléphone mobile, contenues dans l’annexe fiscale à la loi n°2018-984 du 28 décembre 2018 portant budget de l’Etat pour l’année 2019.

En effet, l’annexe fiscale a prévu, en son article 14, au titre des mesures dites de rationalisation et de modernisation du dispositif fiscal, et l’application de taxes spécifiques exigibles des sociétés de téléphone aux entreprises de transfert d’argent par téléphone mobile. « Ces nouvelles taxes, d’un montant cumulé de 7,2% sur le montant des commissions payées, sont exigibles depuis le 1er janvier 2019, aux entreprises émettrices de monnaie électronique [activité communément désignée sous le vocable Mobile money] », précise l’UNETEL.

Ainsi, souligne le communiqué, c’est une « hausse proportionnelle » que les entreprises ont choisi d’appliquer aux transactions « mobile money. » Ce sont donc les consommateurs qui supporteront ces nouvelles taxes maintenues avec subtilité dans l’annexe fiscale 2019, comme l’a révélé le Cabinet Deloitte le 21 janvier dernier lors de sa présentation de l’annexe fiscale.

 Pourtant, le 8 janvier, à la maison de l’entreprise, l’information du retrait de cette disposition de l’annexe fiscale avait été donnée par un responsable de l’administration fiscale, en présence du président de la CGECI, Jean Marie Ackah. Déjà envisagée et introduite dans l’annexe fiscale 2018, la mesure avait soulevé le courroux des populations et du patronat. Ce qui avait valu son retrait. Cette fois, l’administration a réussi le coût de faire payer beaucoup plus les consommateurs dont le pouvoir d’achat est déjà si faible.

Emmanuel Akani

 


Source: Minutes Eco

Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:127 Resultat Archive


PORTRAIT


Yannick BERY

Juriste

4ème d’une famille de sept (07) enfants et père d’un (01) enfant issu de son mariage avec Christelle OKOU, Yannick BERY est né le 05 juillet 1983 à Abidjan et est originaire d’Adzopé. Fervent croyant et pratiquant de religion chrétienne, Yannick BERY est partisan du soutien de toutes le... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 08-7510-51
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés