Performances financières - Les entreprises à participation de l’Etat passent d’un déficit de 54 milliards à un bénéfice de 70 milliards Fcfa

Lundi 13 Mai 2019


 

Le secrétaire d’Etat, invité ce vendredi 10 mai des Rendez-vous du gouvernement, à l’auditorium de la Primature, a soutenu que « beaucoup d’efforts d’amélioration de la gestion des finances publiques ont été faits, qui concernent aussi bien les régies financières engagées dans un processus de modernisation à travers la digitalisation que les entreprises du portefeuille de l’Etat  dont le cadre de gestion est constante amélioration. » Les réformes engagées ont permis d’atteindre des résultats appréciables en termes de recettes fiscales (direction générales des douanes (DGD) et direction générale des impôts (DGI) confondues) qui sont passées de 2.213,0 milliards en 2012 à 3.947,3 milliards en 2018.

A propos des entreprises du portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo note une amélioration de la gouvernance, qui se traduit par une meilleure communication financière, un meilleur fonctionnement des organes d’administration et la performance financière. Le résultat net est en effet passé d’un déficit de 54 milliards FCFA en 2014 à un bénéfice de 70 milliards FCFA en 2017 au niveau des participations de l’Etat, relève le membre du gouvernement. Les 82 entreprises qui composent le portefeuille pourront ainsi participer davantage au financement du budget de l’Etat.

 

 

Un fonds d’investissement pour aider les entreprises publiques

 « Avec tous les efforts qui sont déployés, nous pouvons dire que nous évoluons dans le bon sens. Mais connaissant le potentiel de notre pays, qui est beaucoup plus important, nous pensons que nous devons faire deux à trois fois plus. Ce sont des choses qui vont figurer dans la réforme de l’entreprise publique et – affirme Moussa Sanogo - qui vont nous permettre de les cantonner dans un fonds d’investissement qui pourra les aider à desserrer les contraintes en matière de financement. »

Comme toute entreprise, il pense que les entreprises à participation doivent avoir pour vocation de se développer et d’avoir une expertise qui leur permet de rafler à l’échelle internationale des appels d’offres dans leur secteur d’activité.

Pour ce qui concerne la transparence dans l’accès à la commande publique, le secrétaire d’Etat – qui a exposé en présence du ministre de l’Economie et des Finances Adama Koné, et du représentant résident du FMI – a démontré que les mesures prises par le gouvernement en vue de réduire l’usage de la procédure dérogatoire de gré à gré pour l’attribution des marchés ont permis d’atteindre des bons résultats. « On est passé de 25% de marchés passés par gré à gré en 2015 à 10% en 2018 et en mars 2019 nous sommes en dessous de ce chiffre », s’est félicité Moussa Sanogo. En outre, les mesures  fiscales en faveur de la création de l’emploi qui donnent des résultats, le niveau étant actuellement de 7000 emplois par mois.

 

Favoriser la participation des PME aux marchés publics

Le secrétaire d’Etat a aussi énuméré les mesures visant à favoriser la participation des PME aux marchés publics, et partant, à aider ce vivier qui constitue 82% des entreprises en Côte d’Ivoire à se développer et à créer des  emplois. Ces mesures portent notamment sur la réservation de marchés aux PME par fixation d’un quota de 20% du montant des marchés à accorder aux PME ; et l’octroi d’une marge de préférence de 5% pour la sous-traitance locale. « Avant 2018, ce sont 42% des marchés publics qui étaient accordés aux PME. Sur la fin 2018, on a un peu baissé un peu parce qu’il s’agissait de travaux BTP pour lesquels les PME ne sont pas outillées », a précisé Moussa Sanogo.

 Aussi, dans le cadre d’un appel d’offres, toute autorité contractante doit appliquer une marge de préférence d’un taux ne pouvant pas excéder 5% à une offre présentée par un soumissionnaire qui prévoit de sous-traiter au moins trente pour cent (30%) de la valeur globale du marché concerné à une petite et moyenne entreprise locale. Il faut noter également l’allègement dans l’exigence des pièces administratives lors de la soumission.

Emmanuel Akani 


Source: Minutes Eco

Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:9 Resultat Archive


PORTRAIT


Yannick BERY

Juriste

4ème d’une famille de sept (07) enfants et père d’un (01) enfant issu de son mariage avec Christelle OKOU, Yannick BERY est né le 05 juillet 1983 à Abidjan et est originaire d’Adzopé. Fervent croyant et pratiquant de religion chrétienne, Yannick BERY est partisan du soutien de toutes le... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 08-7510-51
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés