Échanges d’énergie électrique au sein de la CEDEAO – Des pistes explorées pour sécuriser le paiement des factures d’électricité inter-Etats

Mardi 04 Février 2020

Les ministres de l’Energie de six Etats membres de la CEDEAO ont poursuivi ce lundi 4 février 2020, à Abidjan, hôtel Ivoire, les réflexions sur la sécurisation des paiements relatifs au commerce de l’énergie en Afrique. Le ministre ivoirien du Pétrole, de l’Energie et des Energies renouvelables, Abdourahmane Cissé, a affirmé à l’entame des travaux que « le risque lié au paiement des factures d’énergie est une barrière majeure aux échanges d’énergie électrique au sein de l’espace CEDEAO et par conséquent un frein au développement d’un marché régional de l’énergie. » C’est donc en vue d’y trouver une solution qu’un groupe de travail a été mis sur pied, appuyé par la Banque mondiale, pour la réalisation d’une étude visant la mise en place d’un système pour la sécurisation des paiements relatifs au commerce de l’énergie électrique dans l’espace CEDEAO.

 

Deux principales recommandations examinées

Les travaux d’Abidjan ont consisté à examiner les recommandations des experts qui ont tenu une réunion préparatoire le 2 février à Abidjan. Ces recommandations, souligne le ministre Cissé, portent essentiellement sur la création d’un fonds revolving axé sur le commerce de l’électricité dans la région afin de renforcer la liquidité des acteurs; et la mise en place d’un programme d’aide budgétaire régional de la Banque mondiale axé sur les réformes nécessaires pour adopter et mettre en œuvre la nouvelle directive de la CEDEAO. Andourahmane Cissé a appelé ses pairs à conjuguer les efforts pour aboutir « à un mécanisme simple, pratique et adapté pour la sécurisation des échanges transfrontaliers d’énergie électrique. »

La responsabilité des Etats importateurs engagée

La situation est d’autant plus préoccupante, interpelle le commissaire Energie et Mines de la CEDEAO, Siediko Douka, que les Etats importateurs ne respectent pas leurs engagements sur les paiements à termes échus des factures d’achats d’énergie, en dépit de la nouvelle directive de la Cedeao sur la question. Ce qui a entrainé très souvent des interruptions de la fourniture d’énergie électrique par les exportateurs, affectant du coup la qualité des services rendus. Pis, Seidiko Douka note que les taux de recouvrement faibles  affectent les situations financières et même la viabilité voire la survie des entreprises de production. Or, révèlera l’adjoint du représentant résident de la Banque mondiale, la demande en électricité augmente de 8% au sein de la CEDEAO. D’où l’urgence d’agir. Par sa voix, l’institution financière de Breton Woods promet, dans le cadre de la création du fonds dédié, l’organisation d’une table ronde des bailleurs de fonds.

Assurer le développement du marché régional

Cette question est d’intérêt pour la Côte d’Ivoire qui, souligne Abdourahmane Cissé, s’est fixée comme ambition de devenir un acteur majeur du secteur de l’électricité dans la sous-région. Sa capacité de production a augmenté de 60% entre 2011 et 2019 pour atteindre 2229 MW et devrait doubler dans les prochaines années. Aussi, la part des énergies renouvelables devrait se situer à 42% en 2030 conformément aux engagements pris à la COP 21. En outre, la Côte d’Ivoire exporte environ 11% de sa production brute d’électricité vers six pays de la CEDEAO, notamment le Ghana, le Togo, le Benin, le Burkina-Faso, le Mali, le Libéria. « La Sierra-Léone et la Guinée porteront le nombre de ces pays à huit (8) après la mise en service de la ligne d’interconnexion électrique 225 kV Côte d’Ivoire-Libéria-Sierra-Léone –Guinée, prévue en 2020-2021 », précise-t-il.

Emmanuel Akani 


Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:265 Resultat Archive


PORTRAIT


Nina Keita

Directeur général adjoint de la GESTOCI ( Société de Gestion des Stocks pétroliers de Côte d’Ivoire) depuis le 19 juin 2019

Originaire de Côte d’Ivoire et titulaire d’un MBA de la Columbia Business School obtenu en 2018 et d’un master de l’Ecole supérieure des sciences commerciales d’Angers. Nina a débuté sa carrière dans l’industrie de la mode, devenant l’égérie de marques prestigieuses telles ... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés