Financement des économies ouest-africaines - Les défis pour jeter les bases d’un marché des capitaux financé par l’épargne et ouvert identifiés

Mardi 11 Février 2020 / De g. à d. Le ministre béninois Romuald Wadagni, le PM Amadou Gon Coulibaly, le ministre ivoirien Adama Coulibaly, Mme Angela Kant, DG et directeur financière du groupe de la Banque mondiale, et Abdallah Bouraima, président de la commission de l’UEMOA

La conférence internationale sur les marchés financiers, organisée par le Groupe de la Banque mondiale, en partenariat avec le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers (CREPMF), se tient les 10 et 11 février 2020, à Abidjan, au Sofitel hôtel Ivoire. Initiée dans le cadre du Programme conjoint de développement des marchés financiers - Joint Capital Market (J-CAP), cette rencontre a pour thème : « Marchés financiers : investir dans l’UEMOA. » Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a affirmé à l’ouverture des travaux que le défi de la mobilisation d’une épargne importante et durable est plus important aujourd’hui, confirmant le lien étroit entre l’épargne et le taux de croissance économique des Etats, à travers notamment le taux d’investissement. La marge est énorme, à en juger par les données du FMI : en 2019 le taux d’épargne était de 40% en Asie contre 16% pour l’Afrique subsaharienne. Pour la Côte d’Ivoire, précise le Premier ministre, ce taux s’établit à 20 % du PIB en 2018.

La mobilisation des ressources domestiques, principal défi

De sa création en 1998 au 31 décembre 2019, le marché financier régional a permis aux Etats membres de l’UEMOA de lever environ 7 500 milliards de FCFA pour financer leurs programmes de développement, dont environ 40 % ont permis de financer les infrastructures des Etats membres.  Quand environ 2 500 milliards FCFA ont été levés pour financer les investissements des entreprises, c’est-à-dire le secteur privé. « Malgré les importants progrès enregistrés, notre marché financier devra faire face à d’importants défis pour permettre à nos places financières de jouer pleinement leur rôle », note néanmoins le Premier ministre. A savoir la faiblesse du marché, la consistance de la maturité des émissions obligataires, la faible diversification des émetteurs, et la faible participation des émetteurs étrangers.

Le président du Président du Conseil des Ministres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA), le ministre de l’Economie et des Finances du Benin, Romuald Wadagni, est également d’avis qu’il se pose encore un problème de financement des Etats qui ne peut être résolu sans un marché financier diversifié. Il formule les défis à travers un questionnaire on ne peut plus précis : « N’est-il pas nécessaire d’aller vers une capitalisation des pratiques fiscales ? Comment faire de l’outil fiscal un véritable outil attractif pour notre marché de capitaux ? Comment diversifier les émetteurs et faire en sorte que des non souverains soient les actifs du marché ? Comment ouvrir le marché aux investisseurs hors zone, sachant que ce type d’investisseurs peut exposer à un certain nombre de risques ? »

La perspective est bonne pour les marchés africains 

Romuald Wadagni est convaincu qu’il y a un effort à faire pour mobiliser suffisamment l’épargne au niveau des économies de la sous-région. « Si nous ne le faisons pas, à un moment donné nos Etats vont s’essouffler et la croissance va baisser, quand la pauvreté va s’accentuer », interpelle-il. Pour sa part, le ministre ivoirien de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, rassure que malgré des prévisions mondiales de la croissance en 2020 pessimistes, estimées à moins de 3% selon le FMI, les marchés africains devraient gagner en attractivité en 2020. En ce qui concerne le marché financier de l’Uemoa, des réformes initiées depuis 2016 avec l’appui des partenaires techniques et financiers (PTF) devraient contribuer, à terme, au renforcement de l’attractivité du marché et de la robustesse, ainsi qu’à l’amélioration de la gouvernance. Ainsi, le montant des ressources levées en 2019 a atteint le cap de 1 620,2 milliards de Fcfa.

Emmanuel Akani  


Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:197 Resultat Archive


PORTRAIT


Yannick BERY

Juriste

4ème d’une famille de sept (07) enfants et père d’un (01) enfant issu de son mariage avec Christelle OKOU, Yannick BERY est né le 05 juillet 1983 à Abidjan et est originaire d’Adzopé. Fervent croyant et pratiquant de religion chrétienne, Yannick BERY est partisan du soutien de toutes le... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés