Marchés publics, électricité, salubrité, cacao, APE - Moussa Sanogo obtient la ratification en commission de 5 ordonnances par le parlement

Vendredi 12 Juin 2020

Cinq projets de loi portant ratification d’ordonnances présentées ce jeudi 11 juin 2020 devant la commission des affaires économiques et financières de l’Assemblée nationale par le ministre auprès du Premier ministre chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo, ont été adoptés à l’unanimité, à l’issue d’échanges sur les différentes questions abordées. L’émissaire du gouvernement – qui n’a pas caché sa satisfaction à la fin des travaux - a indiqué qu’il s’agit de « textes très importants pour la vie économique et l’amélioration des conditions de vie des populations. » Le premier projet de loi passé au crible porte ratification de l’ordonnance n°2019-679 du 24 juillet 2019 portant code des marchés publics. Ce nouveau  code de marchés publics introduit, précise Moussa Sanogo, des innovations majeures relatives à la séparation des différentes fonctions de passation, de contrôle et de régulation, l’instauration d’une personne responsable de la passation des marchés publics dans les ministères, la création d’un organe de règlement des différents administratifs au niveau de l’ANRMP, la typologie des marchés … « C’est vraiment un texte important en matière de marchés publics en Côte d’Ivoire et qui doit nous permettre d’être beaucoup plus efficace dans l’utilisation de ce type d’instrument », a indiqué le ministre.

CIPREL 5 et l’impôt sur le patrimoine foncier (IPF)

Le second texte avait trait à la ratification de l’ordonnance n°2019-754 du 18 septembre 2019 portant légalisation du régime fiscal et douanier prévu par l’annexe 4.5 de la convention pour la construction, l’exploitation et le transfert de propriété d’une centrale thermique de production d’électricité à cycle combiné de 390 MW. Il s’agit du projet CIPREL 5, réalisé sous forme d’un partenariat public-privé, dont le tarif de l’électricité produite sera inférieur d’environ 8 Fcfa/kWh par rapport au tarif des projets précédents, du fait de la performance de la technologie utilisée. « Le niveau des exonérations fiscales et douanières est 44,6 milliards Fcfa. L’ensemble de ces mesures doit arriver à baisser le prix du KWh », a indiqué le ministre.

Le troisième texte est l’ordonnance 2019-1087 du 18 décembre 2019 modifiant les modalités de fixation de la clé de répartition du produit de l’impôt sur le patrimoine foncier (IPF), relativement à la gestion des déchets solides à Abidjan et dans les principales villes du pays.  Le gap sur les opérations de salubrité était projeté à 46,84 milliards en 2020, à 42,869 milliards Fcfa en 2021 et 43 milliards Fcfa en 2022. Mais sur la base du nouveau texte, il est proposé de porter en 2020 la quote part de l’impôt foncier alloué au financement de la salubrité de 25 à 50%. Ce qui permettrait de maintenir le niveau nominal des ressources attribuées aux collectivités d’environ 50 milliards Fcfa. Ce niveau de l’IPF attribué aux collectivités ressortirait à 55 milliards Fcfa, suite à la modification de la clé, pour des ressources qui étaient de 51,4 milliards environ en 2018. Moussa Sanogo précise  que cet aménagement ne pénalise pas les collectivités territoriales, vu que la nouvelle politique de gestion des déchets contribuera à réduire significativement leurs charges en matière de gestion des déchets  solides.

Le DUS cacao et le démantèlement tarifaire (APE)

Quatrième texte examiné, l’ordonnance n°2020-09 du 8 janvier 2020 portant réduction du taux du droit unique de sortie (DUS) applicable aux produits des entreprises de transformation de cacao. Il vise à favoriser la transformation locale du cacao et parvenir à un taux d’au moins 50% de sa production (2,2 millions de tonnes en 2019, soit 45% de l’offre mondiale) contre 27,4% actuellement. Le texte précise les conditions et les bénéficiaires des abattements qui vont de 9,6 à 13,2%. Le ministre a indiqué que pour résorber des contraintes qui n’ont pas permis d’atteindre les objectifs fixés, le conseil du café-cacao a mis sur pied un fonds de 10 milliards pour faciliter l’accès des différents opérateurs au financement.

Le cinquième et dernier texte est l’ordonnance n°2019-80 du 23 janvier 2019 portant mise en œuvre de la première phase de démantèlement tarifaire dans le cadre de l’Accord de partenariat économique (APE) entre la Côte d’Ivoire et l’Union européenne (UE). L’accord mis à jour fixe à 80% le niveau d’ouverture du marché ivoirien sur la base d’un calendrier de libéralisation en 5 phases sur une période renégociée de 10 ans devant s’étendre de 2019 à 2029. L’ordonnance fixe les modalités de mise en œuvre de la première phase du démantèlement tarifaire, en vigueur depuis le 1er janvier 2019, qui porte sur 1155 lignes tarifaires du Tarif extérieur commun (TEC) de la CEDEAO appliqué en Côte d’Ivoire. 

Emmanuel Akani 






Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:262 Resultat Archive


PORTRAIT


Yannick BERY

Juriste

4ème d’une famille de sept (07) enfants et père d’un (01) enfant issu de son mariage avec Christelle OKOU, Yannick BERY est né le 05 juillet 1983 à Abidjan et est originaire d’Adzopé. Fervent croyant et pratiquant de religion chrétienne, Yannick BERY est partisan du soutien de toutes le... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés