Entrepreneur corner - Des experts situent sur l’importance de la business intelligence pour les PME

Mercredi 14 Octobre 2020

« La business intelligence au cœur des décisions d’entreprise. Quelles réalités ivoiriennes ? » Tel était le thème de l’édition d’« Entrepreneur corner », qui s’est tenue le jeudi 8 octobre 2020 au siège de Comoé Capital sis aux II Plateaux Vallons. Les deux intervenants ont présenté aux entreprises, notamment aux TPE et PME, les avantages de la business intelligence et montré pourquoi elles doivent épouser une telle démarche pour booster leur évolution. Jean-Claude N’cho, responsable pilotage et performance du groupe Banque Atlantique, définit la business intelligence comme un ensemble d’outils, de technologies, de méthodes qui sont utilisés, se basant sur des données, pour aider les managers, les dirigeants d’entreprise dans leurs prises de décisions business, leurs orientations stratégiques, leurs décisions au quotidien. « Vous économisez de l’argent et du temps en utilisant les données statistiques et de business intelligence », affirme Isaac Bayoh, CEO de Futur Afric, une compagnie ivoirienne spécialisée dans l’intelligence artificielle.

Des décisions pointues, une meilleure appréciation du risque 

La question, précise-t-il, ce n’est pas de savoir comment la PME peut rentabiliser la business intelligence mais comment la business intelligence peur rendre la PME plus rentable. « C’est un atout de décision qui permet de réduire les risques, et ce sont les PME qui en ont le plus besoin pour éviter les pertes qui peuvent les mettre en danger. Avec la business intelligence, on a des décisions plus pointues, une meilleure appréciation du risque, etc. C’est un besoin que les PME doivent satisfaire, de la même manière qu’elles ont besoin d’électricité », souligne l’expert. Il relève que les entreprises le font déjà de façon embryonnaire en faisant leur comptabilité sur Excell. « L’activité de la PME est très déterminante dans ce que la business intelligence peut lui apporter », ajoute Jean-Claude N’cho. Elle permet par exemple à une entreprise de e-commerce de savoir quels sont les clients auxquels elle a plus de chance de vendre un produit X.  La business intelligence va analyser les comportements d’usage, de navigation, et identifier les clients auxquels l’entreprise pourra placer le produit avec moins d’effort. « La business intelligence permet d’optimiser les ressources, en temps et en matériel. Le chiffre d’affaire reste constant mais le profit augmente, puisque vous dépensez moins en temps et en énergie », avance Isaac Bayoh, pour dire que la business intelligence s’applique à tous les types d’entreprises : TPE, PME, grandes entreprises.

Le client au centre de la business intelligence

 « La business intelligence vient éclairer sur les possibilités qu’offre votre business. Vous avez tendance à investir dans un certain domaine avec une certaine énergie, mais la business intelligence va venir vous dire que vous pouvez – avec 20% de vos efforts – obtenir 80% des résultats que vous attendez », précise Jean-Claude N’cho. A Futur Afric, souligne Bayoh, l’approche est un peu différente, qui met l’intelligence dans l’entreprise au service des clients, l’utilisateur final, celui qui doit profiter de tout ce qui est fait. « Nous voyons les données comme une manière de rendre les processus plus efficaces, de réduire les coûts et d’arriver à des produits qui sont plus adaptés, personnalisés, à la demande du client. Toutes les données de l’entreprise qu’on collecte, c’est pour faire en sorte que la transaction entre le client et l’entreprise soit la plus fluide possible. Comment faciliter la vie au client ? Ce qui est bénéfique pour l’entreprise », explique-t-il. En termes de démarches à mettre en place, trois éléments sont importants : le capital humain, des procédures de travail clarifiées, simplifiées et dématérialisées ; et la gouvernance des données.

Emmanuel Akani 


Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:271 Resultat Archive


PORTRAIT


Nina Keita

Directeur général adjoint de la GESTOCI ( Société de Gestion des Stocks pétroliers de Côte d’Ivoire) depuis le 19 juin 2019

Originaire de Côte d’Ivoire et titulaire d’un MBA de la Columbia Business School obtenu en 2018 et d’un master de l’Ecole supérieure des sciences commerciales d’Angers. Nina a débuté sa carrière dans l’industrie de la mode, devenant l’égérie de marques prestigieuses telles ... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés