Amélioration de la qualité des services publics - Fintech et administrations ensemble pour adresser les défis de la digitalisation

Mardi 23 Novembre 2021
 Une rencontre Etat-Fintech a été organisée le jeudi 18 novembre 2021 à Abidjan, Sofitel hôtel Ivoire, sur « les défis de la digitalisation des services publics », à l’initiative de la fintech ivoirienne Cinet Pay, de fait un agrégateur de paiement mobile présent sur le marché financier depuis 5 ans et qui accompagne  les administrations publiques dans la digitalisation de leurs services. Cette fintech est membre du collectif des 15 entreprises technologiques dénommé CI 20, qui revendique, selon Stéphane Bédi, son président, un chiffre d’affaire cumulé de 10 milliards Fcfa. Pour leur transformation digitale, il a exhorté les administrations publiques et les entreprises du secteur privé à faire confiance aux entreprises du CI 20 dont la compétence n’est plus à démontrer. Le CEO  de Cinet Pay, Idriss Martial Monté, a indiqué que l’objectif est de créer un lieu d’échange et de partage entre les entreprises innovantes et les administrations publiques, afin de comprendre les difficultés auxquelles les administrations publiques font face dans leur volonté de digitalisation et trouver des solutions concrètes pour les aider à offrir des services de qualité aux populations. La confrontation entre fintech et administrations publiques s’est déroulée sous la forme d’un panel, au cours duquel Eric Ouattara, conseiller technique du ministre du Commerce et de l’Industrie, a indiqué qu’il est important de rendre possible les différents usages du numériques dans les secteurs les plus divers, afin de faciliter la vie aux usagers-clients de nos administrations publiques. « Nous avons beaucoup de défis à relever. L’objectif c’est d’améliorer notre administration, dans un monde qui se veut de plus en plus numérique, hautement digital. Nous devons faire une mise à jour de nos process, de notre fonctionnement », a ajouté Dr Coulibaly Tiecoura, directeur des systèmes d'information au ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfant.  Pour sa part, Souley Djiré, directeur d'exploitation de l'ANSUT, a indiqué que la digitalisation ce sont plusieurs chantiers dont le fondamental est de permettre au citoyen d’avoir le haut débit partout sur l’ensemble du territoire national. C’est ce à quoi travaille l’ANSUT. Mais au-delà, explique le directeur d’exploitation, il y a parallèlement la question du contenu qui est varié, avec les mécanismes de paiement à travers les fintech, les mécanismes relatifs à la mobilité, au transport, à l’interaction entre l’administration et le citoyen via la simplification des processus, etc. « Le défi est énorme. C’est d’abord un défi sociétal mais c’est aussi le défi d’une génération », a soutenu Souley Djiré, qui fait remarquer que la technologie offre aujourd’hui un potentiel beaucoup plus énorme pour accélérer le développement dans tous les secteurs d’activités.  Plus pragmatique, Fabrice Amalaman, Ceo de Pay Qin, une start-up qui propose un portemonnaie électronique qui permet aux utilisateurs de générer des cartes virtuelles Visa, a pris l’exemple de l’Estonie -où les deux seuls actes que l’on doit effectuer en présentiel sont le mariage et le divorce  - pour montrer jusqu’où l’on peut aller avec le digital dans la simplification de la vie des populations.   La digitalisation est donc incontournable. Mais tous les intervenants sont d’accord qu’l y a des prérequis pour réussir la digitalisation et atteindre des résultats intéressants dans une organisation, une société. Ces prérequis qui se présentent sous la forme de défis et de préalables à une digitalisation, ils les énumèrent : la connaissance de l’outil informatique, l’accès à la connectivité et la sensibilisation, le développement de compétences digitales par l’éducation et la formation  des personnels, etc. Pour Dr Coulibaly du ministère du Commerce, « on n’a pas besoin d’avoir la connectivité haut débit sur l’ensemble du territoire national pour faire du digital. On peut faire la connectivité sans haut débit dans les villages, les zones reculées. » Sur la question, on retiendra que tout dépend des usages que l’on veut faire du digital, certaines requérant du haut débit. Mais il y a également des prérequis qui ne se sont pas toujours relatifs au domaine du digital, à l’instar de l’électricité. Tous se réjouissent que des dispositions aient été prises pour protéger les données à caractère personnel, vulgariser l’outil informatique et épargner les générations futures de l’analphabétisme  numérique. « A nous de construire notre modèle, en mettant l’accent sur les services qui sont importants pour notre société », a tranché Djiré Souley./////////////////////// Emmanuel Akani 

Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:332 Resultat Archive


PORTRAIT


Solomon Mugera

Directeur de la communication de la BAD

M. Mugera, un ressortissant kenyan est un journaliste et gestionnaire de médias chevronné avec plus de 20 ans d'expertise à l'échelle internationale. M. Mugera qui a travaillé pour la British Broadcasting Corporation (BBC) Africa, a présidé la plus grande expansion de la BBC sur le continent ... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés