Lutte contre le changement climatique - L’avis éclairé du président de l’Afreximbank sur l'avenir énergétique de l'Afrique

Lundi 24 Octobre 2022

Avant la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (plus connue sous le nom de COP27) qui se tiendra en Égypte en novembre 2022, Dr Benedict Oramah, président d'Afreximbank, a rédigé un commentaire réfléchi et convaincant sur l'impact économique et social du désinvestissement de la production de combustibles fossiles en Afrique.

« L'utilisation des combustibles fossiles étant à l'origine de 65 % des émissions de gaz à effet de serre (GES), le désinvestissement est au cœur du programme mondial de lutte contre le changement climatique, et de nombreuses banques occidentales ne financent plus les investissements dans le pétrole et le gaz africains. Dr Oramah n'est pas un négationniste de la science du climat ni un défenseur des combustibles fossiles à tout prix. Dans son article, il est franc et honnête quant à l'effet que la hausse des températures a déjà eu sur le continent, citant la dévastation causée par des événements météorologiques extrêmes - des tempêtes de pluie désastreuses d'une part, des sécheresses catastrophiques d'autre part. Il jette un regard méfiant sur l'avenir, reconnaissant que les régions en développement du monde comme l'Afrique sont plus exposées au changement climatique que les nations développées.

Dans son commentaire, «Transiter vers une croissance verte dans les économies dépendantes des exportations de combustibles fossiles : Une voie pour l'Afrique », Dr Oramah reconnaît qu'une action climatique urgente est vitale, que le temps des atermoiements est terminé. Dans le même temps, il ne néglige pas le fait que les combustibles fossiles financés par des capitaux étrangers ont été le moteur économique de nombreuses nations africaines. Il ne manque pas non plus de mentionner que, comme les grandes compagnies pétrolières se retrouvent en butte à la pression du désinvestissement et cherchent des actifs «moins risqués», les investissements dans le secteur pétrolier et gazier du continent ont considérablement diminué, passant de 60 milliards de dollars en 2013 à 22,5 milliards de dollars en 2020 selon les estimations de l'African Energy Chamber. On frémit à l'idée de ce qui arriverait aux principaux pays exportateurs de pétrole du continent - dont l'Algérie, l'Angola, la Guinée équatoriale. Gabon, la République du Congo et le Nigeria, où les combustibles fossiles représentent entre 7 et 37 % du PIB - si l'industrie devait s'évaporer complètement.

Comme le fait remarquer Dr Oramah, «le désinvestissement des combustibles fossiles pourrait réduire de 30 milliards de dollars le PIB du Nigeria et de près de 190 milliards de dollars le PIB du continent.» Les répercussions sociales et économiques - dont certaines se font déjà sentir avec le resserrement des investissements - seraient profondes : les recettes d'exportation et les revenus se tariraient, les usines dépendant des combustibles fossiles fermeraient leurs portes, le réseau électrique alimenté par les combustibles fossiles, déjà limité, serait encore plus sollicité, des emplois seraient perdus et la pauvreté se propagerait encore plus loin dans un plus grand nombre de communautés. Et, bien sûr, la toile de fond de tout cela est le fait que nulle part ailleurs il n'existe un déficit en électricité comme celui de l'Afrique. Six cents millions de personnes vivent toujours sans une source d'énergie fiable.

Heureusement, le commentaire du Dr Oramah n'est pas sans espoir. Il pose une question intéressante : Est-il possible de concilier les objectifs mondiaux de réduction des émissions de carbone avec le droit de l'Afrique à utiliser ses ressources et de réaliser une transition plus douce et «moins douloureuse» vers les énergies renouvelables ? Il répond par une solution prometteuse : utiliser les revenus tirés des combustibles fossiles «pour soutenir une diversification économique ordonnée et des programmes de transformation structurelle et, surtout, pour maintenir un moyen de subsistance économique significatif pour la population la plus vulnérable».

La structure institutionnelle permettant d'atteindre ces objectifs, selon Dr Oramah, est une Banque africaine de transition énergétique - que sa banque s'efforce d'établir en partenariat avec l'Organisation des producteurs de pétrole africains (APPO). La Banque africaine de transition énergétique devrait atteindre quatre objectifs clés :

  • Restaurer et tirer parti des flux d'investissements africains et mondiaux dans l'industrie pétrolière et gazière du continent pendant une période de transition.
  • Mobiliser des fonds pour soutenir les investissements dans la chaîne de valeur énergétique de ses membres.
  • Augmenter les investissements dans la production et la logistique des combustibles de transition.
  • Soutenir la diversification des économies dépendantes des combustibles fossiles pour atténuer le coût économique de la transition.

En outre, a écrit Dr Oramah, la banque encouragera le commerce et les investissements intra-africains afin de réduire les importantes émissions de carbone dérivées de l'externalisation des chaînes d'approvisionnement de l'Afrique. Quelque 85 % du commerce de l'Afrique est extra-africain.

Il serait difficile, je pense, de trouver des défauts aux préoccupations, aux affirmations ou aux plans bien réfléchis du Dr Oramah. Réorienter les revenus actuels des combustibles fossiles vers des industries plus vertes selon un calendrier mesuré et des critères de référence appropriés - voilà comment l'Afrique peut contribuer à atténuer les dommages causés à l'environnement, stabiliser les économies vulnérables et les préparer à la croissance, et encourager le développement d'une énergie verte à faible émission de carbone sur tout le continent. C'est une victoire pour tous.

Le développement d'une Banque africaine de transition énergétique apporte une autre chose, bien qu'elle ne soit pas mentionnée dans le commentaire du Dr Oramah. Il réduit notre besoin d'aide étrangère, le traditionnel pansement pour la pauvreté africaine. Nous avons l'intention de le pousser sur cette question lors de l’African Energy Week au Cap.

Comme je l'ai écrit dans mes livres et mes éditoriaux, l'Afrique n'a pas besoin de l'aumône. Elles font plus de mal que de bien en bloquant le potentiel et les opportunités pour les personnes pauvres de s'aider elles-mêmes. Après tout, il est difficile pour les agriculteurs locaux de vendre leurs récoltes, leurs œufs ou leur bétail lorsqu'ils sont en concurrence avec la nourriture gratuite d'un gouvernement ou d'une institution étrangère.

Ce dont nous avons besoin, c'est d'un développement des compétences, d'infrastructures et d'environnements favorables pour construire des économies dynamiques - des choses que je crois sincèrement possibles grâce au travail d'une banque panafricaine de l'énergie de plusieurs milliards de dollars et au renforcement de ses capacités. La Banque africaine de transition énergétique servira de catalyseur pour les investissements privés. En canalisant ces fonds vers des projets africains, la banque favorisera le développement national et la croissance socio-économique tout en augmentant l'accès à l'électricité pour les Africains de tous les jours. En bref, les Africains se débrouilleront par eux-mêmes et pour eux-mêmes, sans l'aide ou, plus précisément, l'ingérence de l'Occident.

Le commentaire du Dr Oramah donne au monde une voix de la raison bien nécessaire lorsqu'il s'agit de la transition énergétique de l'Afrique. L'approche pragmatique qu'il propose pour la transition énergétique de l'Afrique respecte la nécessité pour la communauté mondiale de ralentir le changement climatique - et tient notre continent pour responsable d'aider le monde à atteindre cet objectif vital. Mais elle montre également que nous pouvons protéger notre planète et nos populations sans sacrifier les besoins et les priorités de l'Afrique.

NJ Ayuk, Président, Chambre africaine de l'énergie - source : APO Group 



Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:388 Resultat Archive


PORTRAIT


Solomon Mugera

Directeur de la communication de la BAD

M. Mugera, un ressortissant kenyan est un journaliste et gestionnaire de médias chevronné avec plus de 20 ans d'expertise à l'échelle internationale. M. Mugera qui a travaillé pour la British Broadcasting Corporation (BBC) Africa, a présidé la plus grande expansion de la BBC sur le continent ... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Crise alimentaire et énergétique mondiale - Comment l’Afrique peut transformer les incertitudes...

 Le cabinet international de conseil...

Jeudi 22 Septembre 2022

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés