Pétrole, Mines et Energie - Sangafowa Coulibaly favorable à une coopération équilibrée entre la Côte d’Ivoire et l’Algérie

Lundi 31 Octobre 2022

La visite du secteur privé algérien en Côte d’Ivoire, dans le cadre de sa coopération avec le secteur privé ivoirien, à travers la CGECI,  a été marquée, le mardi 25 octobre 2022, par des échanges avec trois membres du gouvernement. La délégation de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC)  conduite par son président, Samir Mohamed Agli, a échangé successivement avec le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba et le ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie, Mamadou Sagafowa Coulibaly.

Jean-Marie Ackah qui avait à ses côtés le vice-président de la CGECI, Ahmed Cissé au cabinet du ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie, au 15e étage l’immeuble SCIAM, a indiqué qu’il y avait « un important travail à faire au niveau des secteurs privés respectifs pour développer davantage les relations commerciales et économiques entre les deux pays. » C’est dans ce cadre que s’inscrivait la visite des chefs d’entreprise de l’Algérie, pays qui voulaient s’imprégner des opportunités d’affaires en Côte d’Ivoire. L’un des membres de la délégation qui vient de créer en Algérie une importante usine de fabrication de panneaux solaires très intéressé par le marché ivoirien, qui lui ouvrirait les portes du vaste marché de la CEDEAO estimé à plus de 300 millions d’habitants. Cet opérateur envisage même, dans le cadre de partenariat public-privé ou  avec des privés ivoiriens, d’installer en Côte d’Ivoire une unité de production. Pour d’autres membres de la délégation, ce sont les découvertes dans les secteurs pétrolier et gazier qui les attirent.

Le principe souverain d’une coopération équilibrée 

Très attendu donc, le ministre Coulibaly Sangafowa a indiqué que c’est l’axe de la coopération sud-sud en laquelle il a toujours cru que le continent africain doit explorer pour accélérer son développement. « L’Algérie est bien connue pour ses gisements de gaz et de pétrole. De ce point de vue, nous aurons besoin d’avoir des relations avec l’Algérie, pas seulement entre privé et privé mais également d’institution à institution », a déclaré le ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie. Il a ajouté que tout le bassin ouest de la Côte d’Ivoire reste inexploré et les sociétés algériennes qui ont l’expérience dans le domaine peuvent prendre part à l’exploration qui devrait aboutir à la découverte de gisements pétroliers et gaziers.  Au niveau minier également, le potentiel est énorme et déjà en exploitation, pour certains minerais, par des sociétés étrangères. Du manganèse, de la bauxite, du phosphate, du nickel, etc.

Au niveau de l’électricité, la Côte d’Ivoire négocie d’ici 2030 une transition énergétique qui la ferait passer de 30% à 45% d’énergie renouvelable dans son mix énergétique. Sangafowa Coulibaly est formel : pour y arriver, le solaire va jouer un rôle important. C’est pourquoi il a donné des instructions pour qu’on lui fasse un point sur les projets initiés par l’Etat ivoirien dans le solaire.  

« Tous les pays qui ont une grande expérience comme l’Algérie peuvent être utiles. D’ici 2025 le projet puisse aboutir. Ce partenariat que vous êtes en train de renforcer nous sera utile. Nos potentiels sont complémentaires en termes de ressources et l’expertise que nous ne trouvons pas ici, nous pouvons la trouver en Algérie. En tant que ministre, promet-il, tout ce que je peux faire pour appuyer les initiatives dans le cadre de ce partenariat, je le ferai. »

 Mamadou Sangafowa Coulibaly a souligné qu’un travail est en cours pour la stratégie d’ensemble du secteur de l’énergie. Cela va aboutir à l’élaboration d’une meilleure synergie entre les trois sous-secteurs, consignée dans un document de principe chiffré, qui permettra, au-delà du PND 2021-2025, d’identifier les dossiers  devant être financés par l’Etat ou par le secteur privé. « Une chose est claire, la coopération doit être différente de la coopération que nous avons dans le sens Nord-Sud. C’est une coopération gagnant-gagnant qu’il faut, où il doit y avoir un transfert net de la compétence, où il doit y avoir de la valeur ajoutée créée qui bénéficie à toutes les parties. C’est une coopération que nous souhaitons la plus équilibrée possible », a  interpellé le ministre ivoirien. Il parlait en présence de l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire en Algérie, Pr Voho Sahi et de l’ambassadeur de l’Algérie en Côte d’Ivoire, qui ont pris part également à la séance de travail.

Emmanuel Akani 


Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:388 Resultat Archive


PORTRAIT


Solomon Mugera

Directeur de la communication de la BAD

M. Mugera, un ressortissant kenyan est un journaliste et gestionnaire de médias chevronné avec plus de 20 ans d'expertise à l'échelle internationale. M. Mugera qui a travaillé pour la British Broadcasting Corporation (BBC) Africa, a présidé la plus grande expansion de la BBC sur le continent ... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés