Business de la mode – Mme Ze Bi Fleur, DG de Feymie’s, livre les enjeux de la modernisation des soins de cheveux

Dimanche 29 Octobre 2017 / Mme Ze Bi Fleur, DG de Feymie’s

Le marché des soins capillaires se modernise en Côte d’Ivoire avec l’ouverture de centres qui, tout en œuvrant à  rendre les femmes belles, mettent l’accent sur la santé. La directrice générale de Feymie’s Hair Care Center, Mme Ze Bi Fleur, rencontrée dans ses locaux, aux II Plateaux Vallons, parle de son expérience, des innovations qu’elle apporte et des difficultés auxquelles elle fait face dans sa volonté de lutter contre les habitudes et choix des femmes qui nuisent à leur santé et à leur bien-être.  

 

Comment se porte Feymie’s ? Peut-on dire que c’est une expérience réussie ?

Oui, c’est une expérience réussie. Quand on démarrait cette aventure, il y avait beaucoup de flou et de confusions. Il y en a encore d’ailleurs quant au positionnement par rapport aux salons de coiffure classiques. Mais quand on entre chez Feymie’s, on voit tout de suite la différence au niveau de l’accueil, de nos pratiques, des résultats que nous arrivons à obtenir sur l’état du cuir chevelu et des cheveux, du coaching personnalisé que nous faisons, c'est-à-dire du suivi de l’état du cuir chevelu et des cheveux. Donc on peut dire que Feymie’s se porte assez bien.

                         

Quelle est vraiment la particularité du traitement des cheveux que vous proposez ?

Nous offrons un service particulier par notre façon de travailler. Nous avons des protocoles, des procédés de travail que nous avons institués et que nous nous efforçons de rendre complètement impersonnels. Chaque acte qui est posé est consigné dans un protocole. Quand vous arrivez chez Feymie’s pour vous coiffer, faire des tresses, nous procédons d’abord à une évaluation rapide de l’état de votre cuir chevelu et des cheveux ; et nous vous disons s’il est possible ou pas d’exécuter ce que vous demandez en termes de coiffure.

Nous faisons d’autres propositions dans le cas où l’état du cuir chevelu ou des cheveux ne peut supporter la coiffure que la cliente désire faire. Une cliente peut demander un acte qui peut lui endommager gravement le cuir chevelu ou les cheveux. Alors, il est important que la cliente sache ce dans quoi elle s’engage. Elles sont nombreuses les clientes à arriver, à vouloir quelque chose et après, à être surprises des conséquences malheureuses de leur choix.

Nous nous positionnons donc à priori en tant que conseil. Nous aidons la cliente à faire un choix éclairé en ayant pour objectif ultime : la santé.

Cet objectif de santé se traduit par le fait qu’à Feymie’s on ne défrise jamais les enfants. C’est un principe. Même avec les adultes, lorsque l'état des cheveux et du cuir chevelu le permet, nous leur suggérons au maximum 2 à 3 défrisages au cours d’une année.

L’une des  problématiques du défrisage des enfants est qu’il y a de la douleur quand les enfants se font tresser. Nous avons justement apporté des réponses à cette problématique, pour à la fois éviter la douleur et éviter de défriser les enfants. Cela grâce à la combinaison de nos méthodes et la qualité de nos produits. En gros, ce sont ces approches et toute cette expertise acquise qui font que Feymie’s est complètement différent de tous les salons de coiffure classiques et que certaines clientes trouvent nos prestations onéreuses sur le long terme. Pourtant elles sont très abordables.

 

Qu’en est-il des produits que vous utilisez ? Est-ce les mêmes qu’on trouve sur le marché ?

Nous utilisons des produits maison. Nous sommes partis sur la base de nos habitudes culturelles d’entretien, de beauté… Nous sommes dans un monde qui évolue et il faut arriver à formaliser et sécuriser nos connaissances. C’est pourquoi Feymie's s’est rapprochée de l’UFR de pharmacie Galénique de l’université de Cocody. Les produits Feymie’s sont le fruit de beaucoup de recherche, d’observation et d’expérience. Ils répondent parfaitement aux besoins précis des cheveux, du cuir chevelu et des peaux de type africain.

 

Quelles sont les problématiques auxquelles vous faites face dans le traitement des cheveux ?

Les problématiques que nous vivons sont de plusieurs ordres ; notamment les alopécies, le type de cheveu, l’habitude de coiffure, la transpiration du cuir chevelu, etc.

Sur la base des observations faites au niveau de notre centre capillaire, nous avons classifié par types les cheveux des Africaines qui nous visitent, afin de répondre spécifiquement à leurs besoins.

Nous avons du mal à inculquer la notion de soins capillaires à certaines clientes. Ce qui fait qu’elles trouvent nos prestations chères sans s’attarder sur les précautions que nous prenons à coups de temps et d’attention pour préserver la santé de leur cuir chevelu et de leurs cheveux. Par exemple, pour ne pas que les cheveux se cassent, nous les défaisons avec les doigts et/ou des aiguilles, jamais avec des peignes.

Nous utilisons en outre des produits adaptés pour assouplir leurs cheveux avant de les traiter pour éviter les casses et les douleurs surtout pour les enfants.

 

Le traitement des cheveux à Feymie’s est-il accessible à toutes les bourses ?

En termes de qualités/prix, Les coûts sont abordables. Il y a des clientes qui trouvent que les prix de Feymie’s ne sont pas à la portée de toutes les bourses.

Mais ce dont elles ne tiennent pas compte, c’est que nous offrons des prestations supérieures à tous nos concurrents, nos produits sont faits maisons et donc adaptés aux problématiques du cuir chevelu, des cheveux et de la peau de type africain.

Les clientes économisent donc à long terme car elles n’auront jamais de problèmes collatéraux à gérer suite à nos soins. Aucune cliente de chez Feymie’s ne s’est déjà plainte de la qualité de nos prestations et de nos produits. Nous les en remercions d’ailleurs.

Tout cela s’explique par le fait que nous offrons un service qui est une prise en charge complète, de la prévention pour éviter les alopécies aux mesures correctives pour réactiver la pousse des cheveux.

Tous nos gestes, prestations, produits ont pour objectif principal de préserver la santé de nos clientes. Nous priorisons la santé sur la beauté. Ce qui induit une santé capillaire doublée d’une beauté constante et à long terme.

Les coûts répondent donc à des prestations que nous effectuons, de la manipulation qui se fait sans douleur (la façon de peigner, de faire un style) à la tresse des cheveux en passant par les soins. Nous nous engageons à ce que nos clientes retrouvent leurs cheveux et leur cuir chevelu dans un bon état quand elles décident de se refaire une autre coiffure.

Avez-vous des projets de développement ?

Nous œuvrons continuellement à améliorer la qualité de prestations et à étendre notre expertise. Dans ce cadre, je finis une formation en cosmétologie, à l’UFR de pharmacie galénique, qui est notre partenaire sur le volet formulation. En plus, je suis des formations au Canada en aromathérapie : les huiles essentielles qui sont ces composées essentielles issues des végétaux et qui aident à traiter la problématique de la santé du cuir chevelu. Toutes ces formations nous aident à performer la qualité de nos produits et à donner une réponse aux différentes problématiques que nous rencontrons avec le cuir chevelu, les cheveux et les peaux de type africain. Les femmes s’intéressent à tout ce qui touche à la beauté, tant au niveau de la peau que de la chevelure, mais il est important d’alerter en même temps sur les aspects de santé liés aux pratiques. Il faut se faire belle mais il faut être d’abord en bonne santé. Il est important de sensibiliser les femmes aux conséquences de leur choix.

 

Entretien mené par Emmanuel Akani


Source: Minutes Eco

Publicité

SONDAGE

Le gouvernement ivoirien vient de décider de la limitation de l'âge des véhicules importés en Côte d'Ivoire. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:1 Resultat Archive


PORTRAIT


BAKAYOKO Mohamed Lamine

Directeur gérant du Groupe AVVA

Monsieur BAKAYOKO Mohamed Lamine, le fondateur directeur gérant du Groupe AVVA a découvert l’art de la torréfaction et la passion du métier d’abord dans les geôles familiales et ensuite à l’école. Il est ingénieur agroéconomiste diplômé de l’Ecole Supérieur d’Agronomie de l’I... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 08-7510-51
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés