Finances générales - Le SYNAFIG se bat pour l’avancement des émoluments des agents

Lundi 31 Mai 2021

Le Syndicat national des agents des finances générales (SYNAFIG), qui regroupe des fonctionnaires et agents de l’Etat en service au ministère de l’Economie et des Finances ainsi qu’au ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, a tenu le jeudi 27 mai, à la rotonde la cité financière à Abidjan, Plateau, un congrès extraordinaire  dédié au toilettage de ses textes. Le secrétaire général du Synafig, Séka Assi Vincent, a indiqué qu’il s‘agit d’une action régulière, le syndicat procédant chaque trois ans à la relecture des textes, qui constituent, à l’en croire, le fondement de toute action syndicale. Lors de ses dernières assises, précise-t-il, le congrès avait décidé de reporter cet exercice et proposer la tenue d’un congrès extraordinaire, qui devrait procéder plus sereinement à l’examen et à la validation des textes. C’est ce qui a été fait jeudi, avec la participation d’un grand nombre de syndiqués, la rotonde de la cité financière ayant même refusé du monde. Les changements ont porté globalement sur les questions d’éligibilité, le mandat des secrétaires généraux et des délégués, etc. Après des échanges parfois houleux sur certains points, les congressistes ont pu être départagés sur les différents points par le vote qui a permis d’adopter ou de rejeter les changements proposés par le bureau exécutif national du syndicat.            

Le secrétaire général Séka Assi Vincent a souligné que le SYNAFIG lutte pour l’amélioration des conditions de vie et de travail de ses membres. « Nous luttons pour avoir un mieux-être. Notre préoccupation du moment, c’est d’obtenir des autorités l’avancement de nos émoluments ; nous revendiquons les 200 points », a-t-il déclaré. Au-delà de cette question, le congrès a débattu d’un problème survenu avec l’assureur ASCOMA, auxquels les agents des finances générales reprochent d’avoir suspendu de façon unilatérale, et pendant un mois, ses prestations dans le cadre d’une convention qui le lie au SYNAFIG. Même si tout est rentré dans l’ordre aujourd’hui, le SG Séka Assi Vincent dont le mandat court jusqu’en 2023 n’a pas caché son mécontentement. Il déplore les désagréments que les  syndiqués ont subis et interpelle l’assureur sur ses agissements qui peuvent avoir des conséquences déplorables, surtout qu’il s’agit de la santé des agents et de leurs familles.

Par ailleurs, le secrétaire général du SYNAFIG qui s’est dit heureux de constater la forte mobilisation des agents lors du congrès extraordinaire les a appelés à resserrer les rangs et à rester soudés. Car c’est ainsi que le SYNAFIG pourra remporter les batailles en vue, notamment en ce qui concerne l’avancement des émoluments.

Emmanuel Akani 


Publicité

SONDAGE

Dossier des 18 000 tonnes de riz avarié : le Chef de l'Etat a donné instructions aux Ministres de prendre toutes les sanctions contre les responsables au terme de l'enquête. Qu'en pensez-vous?







Nombre de votes:308 Resultat Archive


PORTRAIT


Nina Keita

Directeur général adjoint de la GESTOCI ( Société de Gestion des Stocks pétroliers de Côte d’Ivoire) depuis le 19 juin 2019

Originaire de Côte d’Ivoire et titulaire d’un MBA de la Columbia Business School obtenu en 2018 et d’un master de l’Ecole supérieure des sciences commerciales d’Angers. Nina a débuté sa carrière dans l’industrie de la mode, devenant l’égérie de marques prestigieuses telles ... Lire la suite Voir plus


Publicité

Suivez nous sur facebook

Publicité

Dans la même catégorie

Editeur

Libellule Communication
Abidjan- République de Côte d’Ivoire
Coordonnateur éditorial
Emmanuel Akani
Tel: 45-4010-10
Email: manuakani@yahoo.fr

Service reportage

Email: info@minutes-eco.com

Minutes-eco.com © 2017 Tous droits réservés